Abonnez-vous à notre newsletter:
Restez connectés:

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Historique
Job SODJINOU est né le 19 Mars 1981 à Koumassi, Abidjan. Béninois d’origine, il est le 5ème garçon d’une famille de neuf enfants. Après l’obtention d’un Bac scientifique, il est orienté au CBCG de Cocody ou il étudie la Finance Comptabilité.

Toujours en quête de savoir, il décide de faire un tour en Europe. C’est ainsi que le 18 Août 2005, il pose ses valises en Suisse. Les réalités du pays hôte le contraignent à la dépravation sexuelle, suivi de son corolaire la drogue.

Devenu toxicomane, sans repère et dans l’impossibilité pour lui d’avoir du boulot dans son pays d’accueil, son unique refuge devint la drogue. Ce qui lui fit frôler de justesse le suicide et commettre un homicide involontaire.

C’est après plusieurs mois sur ce chemin qu’on croyait du non-retour, qu’il fut intégré dans une communauté ecclésiastique, dénommée Eglise Adventiste du 7ème jour de Renens. Là-bas, il rencontra l’Evangile qui lui permit d’abandonner la vie de débauche, les futilités, la dépendance à la drogue. Il y apprit à se focaliser sur les vraies valeurs telles que l’AMOUR.

Dès lors, une véritable transformation s’effectua dans sa vie. Il était plus serein, plus apte à aider les autres à trouver un sens à leur vie.

C’est ainsi qu’il fut baptisé le 1er Juillet 2007 au sein de cette communauté. Dynamique et aussi actif, il contribua énormément au sein du groupe des adultes. Il fut même la cheville ouvrière d’un groupe d’évangélisation appelé « le noyau ».le nouveau Job a démontré des qualités de leader, avec une spiritualité confirmée dans le Christ.

Cependant, sa vie allait prendre une nouvelle tournure. Le vendredi 21 Août 2009, Job fut arrêté lors d’un contrôle de routine à Lausanne. Comme il n’avait pas de permis de séjour en Suisse, il a été transféré et incarcéré dans une cellule de la prison de Soleure.
La vie en prison le transforma encore plus, à travers l’amour qu’il recevait de ces visiteurs de tout âge, qui lui apportaient un soutient matériel, nutritionnel, fraternel, spirituel.

Le plus étonnant était que la plupart de ces visiteurs, des Suisses (20 ans à 80 ans) quittaient Lausanne pour Solothurn (prison), une destination qui équivaut à Abidjan-Bouaké (Côte d’ivoire), juste pour le voir, lui, un noir emprisonné pour situation irrégulière.
L’amour qu’il recevait de ces nombreuses visites le brisait au fur et à mesure, vis-à-vis de ses codétenus qui ne recevaient rien de ce genre.

D’aucun diront que Le Christ l’avait abandonné, en le faisant prisonnier, mais pour Job, c’était une mission qu’il devait accomplir dans cette prison, pour celui qui l’avait sorti de la dépendance à la drogue et de la dépravation dans laquelle il était auparavant.
Loin de s’en tenir aux visites, certains Suisses écrivirent une pétition qui trouva plus de 800 signataires. Laquelle demandait aux autorités suisses d’octroyer la liberté à Job, en réexaminant sa situation, parce qu’il le considérait comme leur ami.

Parmi ces initiatives, on peut noter le courrier que le Président de l’Eglise Adventiste en Suisse adressa au juge en charge du dossier (voir documents annexes).
Dans la prison, il prit un temps de réflexion et décida, suite à l’expérience vécue en prison, de se dévouer à la cause des prisonniers et enfants de prisonniers.
Le cadre qu’il choisit pour parachever sa mission, déjà débutée en prison avec ses codétenus, fut en premier lieu l’Afrique et précisément la Côte d’Ivoire, pays qui l’a vu naître.
C’est ainsi qu’en 2010, il fonda, en collaboration avec une équipe recruté sur inspiration divine, l’Organisation Non Gouvernementale N’GBOADÔ.

 

Documents annexes

  1. Recommandation
  2. Pétition
  3. Attestation
N’gboadô TV
Divers
Etablissements pénitentiaires

Administration centrale - Population carcérale Conditions de détention - Evaluation et suivi

Bénévolats

Avocats - Médecins - Psychologues - Religieux Artistes - musiciens - Sportifs internationauxi

Droit en vigueur

Code pénal - Recours judiciaires - Tribunaux compétents

Evenement